Home

Entreprises qui nous ont choisis

Privacy Officer et Privacy Consultant
Schéma CDP selon ISO/IEC 17024:2012
European Privacy Auditor
Système de certification ISDP©10003 selon ISO/IEC 17065:2012
Auditor
Selon la norme UNI 11697:2017
Lead Auditor ISO/IEC 27001:2022
Selon la norme ISO/IEC 17024:2012
Délégué à la Protection des données
Selon la norme ISO/IEC 17024:2012
Anti-Bribery Lead Auditor Expert
Selon la norme ISO/IEC 17024:2012
ICT Security Manager
Selon la norme UNI 11506:2017
IT Service Management (ITSM)
Selon la Fondation ITIL
Ethical Hacker (CEH)
Selon EC-Council
Network Defender (CND)
Selon EC-Council
Computer Hacking Forensics Investigator (CHFI)
Selon EC-Council
Penetration Testing Professional (CPENT)
Selon EC-Council

Qualifications professionnelles

Restez au courant de l'actualité mondiale!

Sélectionnez les thèmes qui vous intéressent:

News

Home / News
/
Lorsqu’il constitue un délit ou une infraction de commérage en ligne

Lorsqu’il constitue un délit ou une infraction de commérage en ligne

Il arrive souvent à chacun de transmettre des messages texte, audio ou vidéo reçus via Whatsapp ou d’autres réseaux sociaux. Faut-il s’inquiéter de commettre un délit ou même un délit? Jusqu’à il y a quelques années, on craignait qu’une chose rapportée par une personne soit ensuite divulguée à d’autres par le commérage ou la commère de garde.

Ce n’est peut-être plus le cas aujourd’hui, car ce que nous craignons le plus, c’est qu’un jugement, une plaisanterie, un message audio ou vidéo, ou qui sait quoi d’autre que nous avons posté en ligne, soit ensuite « transmis » à d’autres, peut-être en devenant du domaine public.

Il convient donc de se demander si un tel comportement dépasse le seuil de la pertinence juridique. En analysant le sujet, l’avocat. Guido Scorza, membre du Contrôleur pour la protection des données personnelles, a publié un commentaire publié dans l’hebdomadaire Gente et, ensuite repris du site institutionnel de l’Autorité.

Les courriers électroniques, ainsi que les messages échangés dans des contextes privés sur les réseaux sociaux, constituent une correspondance, protégée par les règles du code pénal. Sans entrer dans le fond de la règle visée à l’article 616 du code de conduite, il convient seulement de mentionner que, pour le comportement sanctionné par cette règle, il consiste à prendre connaissance, à soustraire, à distraire, à détruire ou à supprimer toute correspondance non directe à l’agent de conduite. La peine est ensuite plus grande si le contenu est divulgué à d’autres (si cela ne constitue pas une infraction plus grave). Pour la conduite délictueuse, il est donc nécessaire que la correspondance ne soit pas adressée à l’agent; la transmission d’un message reçu au préalable n’entre pas dans ce cadre.

Cela ne veut pas dire qu’on puisse faire ce qu’on veut avec les messages reçus. L’avocat Scorza, en effet, a rappelé qu’il n’entre pas dans le champ d’application du Règlement UE 2016/679 le traitement effectué par une personne physique pour l’exercice d’activités personnelles et domestiques.

En outre, les messages à des personnes déterminées, dans le cadre de leur vie de relation, ne font pas disparaître le caractère domestique et personnel. Le faire dans un contexte plus large, s’il n’y a pas de relation personnelle avec tous les destinataires de la transmission, pourrait plutôt être considéré comme un traitement auquel le RGPD est applicable, en ouvrant – en cas de dommage dépassant la limite de tolérance – le droit à la réparation du dommage subi. En effet, le titulaire pourrait traiter les données à caractère personnel d’une personne concernée en communiquant par voie de transmission ou en diffusant ou, de toute façon, en mettant à disposition des données à caractère personnel sans base juridique appropriée.

Il est bon de rappeler que ces considérations ne valent que si le message nous a été adressé. En revanche, on risque de se retrouver dans le champ d’application du code pénal.

Veillez donc bien aux transferts effectués en chat de dimensions importantes dont nous sommes membres. Vous pouvez prendre le risque de nous mettre en avant – « transférer » – beaucoup d’ennuis. Peut-être simplement jugés défavorablement ou, pire encore, contraints de réparer les dommages.

SOURCE: FEDERPRIVACY

Proposé pour vous

Recherche avancée